Freud et Vienne

  "Freud et Vienne" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

Freud, nous le savons, était amateur d’art, mais il était surtout intéressé par l’art du Quattrocento ou de l’Antiquité, sur lequel il s’est appuyé pour construire ses théories soit en le prenant comme modèle (Œdipe roi ou Hamlet) soit en l’utilisant comme support clinique (Léonard de Vinci, Signorelli). Comment ne pas être étonné qu’il ait ignoré une bonne part des productions artistiques de son époque ? Pourtant ses contemporains, peintres, poètes, écrivains, architectes, musiciens, traitaient des mêmes impasses de la construction subjective, des mêmes expressions du désir, des mêmes questions fondamentalement humaines...

Tous les auteurs réunis ici, psychanalystes, philosophes, historiens, éclairent, à leur manière, un pan de cette ignorance mutuelle entre Freud et la Vienne de son époque. Au-delà de la richesse de chacun des exposés, apparaît une lecture nouvelle et forte du rapport du sujet à son temps, et des impasses de la subjectivité dans le rapport à la culture, qui éclaire bien des avatars de notre modernité.

Alain Didier-Weill, psychiatre, psychanalyste, musicien de jazz, essayiste, auteur de plusieurs pièces de théâtre. Avec la participation de : Fabienne Ankaoua, Moufid Assabgui, Jean-Jacques Blévis, Daniel Bonetti, Jean Charmoille, Marco Antonio Coutinho Jorge, Anne Dufourmantelle, Jean-Pierre Faye, Jean Florence, Gérard Haddad, Ulrike Kadi, Serge Lesourd, Denise Maurano, Paola Mieli, Jean-Jacques Moscovitz, August Ruhs, Alain Vanier, Jean-Michel Vivès.


A propos de l'auteur

Lire l'hommage à Alain Didier-Weil par Jacques Barbier

Alain Didier-Weill est décédé en 2017.

Après des études en psychiatrie (ancien interne des hôpitaux psychiatriques de la Seine – prix de L'Évolution psychiatrique), Alain Didier-Weill rencontre Jacques Lacan en 1968 et pendant 15 ans travaille très régulièrement avec lui en particulier sur les rapports qu'entretiennent la psychanalyse et la création artistique. Dans cette perspective, il élabore sur cette question certaines hypothèses dont Lacan lui demande de rendre compte, à plusieurs reprises, dans le cadre de son séminaire public.

Cofondateur de l'association Coût Freudien, de l'Inter associatif européen de psychanalyse et du mouvement Insistance (2002), il est directeur de la revue Insistance. Art, psychanalyse, politique (érès). Il est l’auteur de nombreux livres dont Un mystère plus lointain que l’inconscient (Aubier, 2010), Les trois temps de la loi : Le commandement sidérant, l'injonction du surmoi et l'invocation musicale (Seuil, 2008), Invocations, Dionysos, Moïse, Saint Paul et Freud (Calmann-Lévy, 1998).

Parallèlement à l'écriture théorique, il s'engage dans l'écriture théâtrale. La première pièce qu'il a écrit – Pol – est mise en scène en 1975 dans le cadre du Festival d'Automne et reçoit le prix U de la critique qui lui fut remis par Ionesco. Depuis, l'auteur a écrit 16 pièces dont 7 d'entre elles ont été publiées et mises en scène. Il est aussi l'auteur de 2 films dont l'un a été tourné à Paris (Quartier Lacan) et l'autre (The Caller) à New-York.

Détails
Parution : 8 octobre 2004
EAN : 9782749203515
14x22, 256 pages
Actualité de la psychanalyse
Thème : Psychanalyse

Imprimer cette page
Résumé

Freud aurait-il inventé la psychanalyse s'il n'avait pas été viennois ?
Si l’on sait que Freud était plus intéressé par l’art du Quattrocento ou de l’Antiquité, sur lequel il s’est appuyé pour construire ses théories soit en le prenant comme modèle (Œdipe roi ou Hamlet) soit en l’utilisant comme support clinique (Léonard de Vinci, Signorelli), on peut pourtant être étonné qu’il ait royalement ignoré une bonne part des productions artistiques de son époque, qui pourtant traitent des mêmes impasses de la construction subjective, des mêmes expressions du désir, des mêmes questions fondamentalement humaines. L’analyse de ce paradoxe autorise une nouvelle façon de lire le rapport de la psychanalyse à l’art, le rapport du sujet à son temps, les impasses de la subjectivité face à la culture et éclaire bien des avatars de notre modernité.

Alain Didier-Weill, psychiatre, psychanalyste(Paris)

  Du même auteur

Point hors ligne
© 2016
14x22 224 p. 25 €
© Éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose