Savoir inconscient et droits de l'homme

  "Savoir inconscient et droits de l'homme" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Ajouter au panier


Revue Insistance
S'abonner

Menu : Sommaire   

À quelles conséquences prêtent la reconnaissance ou la nonreconnaissance de « l'homme » qui est annoncée dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme ? À ceux qui considèrent que la croyance en « l'homme » universel contribue au désordre du monde, s'opposent ceux qui se trouvent poussés à affirmer que c'est, au contraire, sa négation qui induit le malaise de notre culture. Au delà de sa dimension d'universalité, l'expression « l'homme » évoque aussi un indéterminé qui, en posant l'existence d'un au-delà du déterminé, demande au philosophe, à l'homme politique, à l'artiste, au psychanalyste de se prononcer sur le sens qu'acquiert aujourd'hui pour eux le mot « liberté ». La psychanalyse maintient vivace le droit de l'homme à devenir ce qu'il n'est pas encore, en accentuant - au-delà des différents articles de la déclaration universelle - l'existence d'un article unique et absolu : droit de l'homme devenu parlant à se reconnaître et se faire reconnaître comme parlant : tout à la fois endetté et libéré par la parole.

2011

A propos des auteurs

Après des études en psychiatrie (ancien interne des hôpitaux psychiatriques de la Seine – prix de L'Évolution psychiatrique), Alain Didier-Weill rencontre Jacques Lacan en 1968 et pendant 15 ans travaille très régulièrement avec lui en particulier sur les rapports qu'entretiennent la psychanalyse et la création artistique. Dans cette perspective, il élabore sur cette question certaines hypothèses dont Lacan lui demande de rendre compte, à plusieurs reprises, dans le cadre de son séminaire public.

Cofondateur de l'association Coût Freudien, de l'Inter associatif européen de psychanalyse et du mouvement Insistance (2002), il est directeur de la revue Insistance. Art, psychanalyse, politique (érès). Il est l’auteur de nombreux livres dont Un mystère plus lointain que l’inconscient (Aubier, 2010), Les trois temps de la loi : Le commandement sidérant, l'injonction du surmoi et l'invocation musicale (Seuil, 2008), Invocations, Dionysos, Moïse, Saint Paul et Freud (Calmann-Lévy, 1998).

Parallèlement à l'écriture théorique, il s'engage dans l'écriture théâtrale. La première pièce qu'il a écrit – Pol – est mise en scène en 1975 dans le cadre du Festival d'Automne et reçoit le prix U de la critique qui lui fut remis par Ionesco. Depuis, l'auteur a écrit 16 pièces dont 7 d'entre elles ont été publiées et mises en scène. Il est aussi l'auteur de 2 films dont l'un a été tourné à Paris (Quartier Lacan) et l'autre (The Caller) à New-York.

Paolo Lollo est psychanalyste, philosophe de formation. Il a enseigné la littérature italienne et la linguistique au lycée et à l’université, en Italie, en Allemagne, en Pologne et en France. Chercheur à l’université de Paris 13 (Unité transversale de recherche psychogenèse et psychopathologie), il est membre et secrétaire général d’Insistance, association qui relie la psychanalyse à l’art et à la politique qui publie la revue Insistance (érès). Il est cofondateur et président de l’école de psychanalyse Corpo Freudiano, section de Paris.

Détails
Parution : 2 décembre 2010
EAN : 9782749213255
Insistance
Thème : Psychanalyse

Imprimer cette page
  Du même auteur

Point hors ligne
© 2016
14x22 224 p. 25 €
Actualité de la psychanalyse
© 2004
14x22 256 p. 26 €
© Éditions érès 2017 - Mentions légales

Réalisé par Glukose