Handicap psychique : questions vives

  "Handicap psychique : questions vives" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

Dans un contexte marqué en France par le clivage entre le sanitaire et le médico-social, la loi « Handicap » du 11 février 2005 a introduit dans les faits le handicap psychique, déjà porté depuis longtemps par les associations familiales et par certains acteurs de la psychiatrie. En encourageant la prise en compte de la vie quotidienne des personnes souffrant de troubles psychiques sévères, cette reconnaissance symbolique a trouvé un écho certain dans les pratiques médico-sociales et a renouvelé la recherche en sciences sociales du handicap et de la santé. Mais dix ans après, qu’en est-il des pratiques professionnelles dans un champ qui bouscule les cloisonnements traditionnels entre les univers du handicap et celui de la maladie mentale ?

L'abord du handicap psychique implique des remaniements en profondeur des pratiques de santé, dont l’enjeu est le dépassement du modèle médical de la maladie au profit d’un véritable changement de la culture des soins et de l’accompagnement : construire un devenir favorable avec la perspective du rétablissement, penser les patients comme des citoyens aux prises avec des institutions , développer des méthodes d’évaluation intégrant le point de vue des sujets, élaborer des outils d’analyse économique prenant en compte les valeurs des individus ou des collectifs de proches.

Ce travail collectif met en évidence cette dynamique qui, adossée à une éthique humaniste, pousse acteurs de terrain et chercheurs à sortir de leurs cultures respectives pour se rejoindre autour d'un véritable projet social et politique.


A propos des auteurs

Bernard Pachoud est psychiatre, professeur de psychopathologie à l’université Paris-Diderot.  

Psychologue clinicienne, attachée au CHS Sainte-Anne, Valérie Boucherat-Hue est psychanalyste, membre de la SPP et de l’IPA, professeur des universités en psychopathologie et psychologie clinique.

Denis Leguay est psychiatre des hôpitaux (Angers), secrétaire général du Comité français pour la réhabilitation psychosociale (Rehab’), président de l’Association ligérienne personnes handicapées adultes (Alpha).

Florence Weber est professeur de sociologie et anthropologie sociale à l’ENS, chercheur au centre Maurice Halbwachs et titulaire de la chaire « Handicap psychique et décision pour autrui » (École des hautes études en santé publique).

Arnaud Plagnol est professeur de psychopathologie à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, psychiatre attaché au Foyer d’accueil médicalisé Toulouse-Lautrec (Aulnay-sous-Bois).

Vidéos
Détails
Parution : 18 août 2016
EAN : 9782749251530
16x24, 392 pages
Connaissances de la diversité
Thème : Travail social & Handicap

Imprimer cette page
Résumé

La notion « handicap psychique » s’est diffusée depuis la loi du 11 février 2005 dans les univers associatifs, professionnels et politiques. Elle marque le rapprochement entre le secteur sanitaire, la psychiatrie notamment, et le secteur médico-social pour l’accompagnement et le soin des personnes souffrant de maladies psychiques chroniques. Cet ouvrage est le premier à explorer ce champ de manière pluridisciplinaire.

Les auteurs réunis sont des universitaires et des praticiens qui ont pris au sérieux la notion politico-administrative et professionnelle de « handicap psychique » et ont réuni les apports de plusieurs disciplines, sociologie, anthropologie, économie, science politique, droit, sociohistoire, psychologie, psychiatrie, pour penser les effets de cette innovation sur les professionnels et les usagers de la psychiatrie et du handicap. Ils cherchent à faire avancer la réflexion sur les effets d’une réforme lente du système sanitaire et social et à éclairer à la fois le débat public et l’action des professionnels, administrateurs, superviseurs, acteurs de terrain.

Revue de presse

2017, Contraste45, Roger Salbreux


© éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose