Les passions vides

  "Les passions vides" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

Lire l'entretien de l'auteur (propos recueillis par Audrey Minart)

Nombre d’adolescents nous tiennent à distance : « Ne me demande rien » semblent-ils signifier lorsqu’ils ne l’énoncent pas clairement comme tel. Cet énoncé ne peut être entendu comme une demande même s’il en revêt les contours, mais plutôt comme l’impossibilité d’un point d’accroche à la demande. Pourquoi les adolescents se comportent-ils comme s’il ne pouvait ne (plus) rien leur arriver ? « Il ne peut (plus) rien m’arriver » n’installe pas le sujet dans la vie mais dans une forme d’errance. Peut-on parler d’un défaut de structuration subjective ? Les empêche-t-il de trouver un point ou un lieu originaire ? Pourquoi nombre des actions adolescentes (délinquantes par exemple)  ne parviennent-elles jamais à se hisser au rang d’actes mais demeurent, au contraire, des ritournelles répétitives ?

Les situations qui servent de point d’appui à l’auteur évoquent des adolescents visant une sorte de renoncement à soi, d’effacement de soi comme ultime recours à l’apaisement. Se perdre pour être… Dans une tension interne qui n’est pas sans évoquer un étrange lien avec la mort, le vide n’angoisse pas, il soulage. Faire le vide en passe également par se taire. Se taire pour oublier ? Oublier une douleur jamais mise en mots. Ce vide du sujet, ce vide de sujet, cet effacement temporaire semble être ce qui est visé, notamment au travers du détour toxicomaniaque, rapport « passionné » à l’objet qui pourrait faire oublier.


A propos de l'auteur

Michèle Benhaïm est psychanalyste, professeur de psychopathologie clinique à l’université d’Aix-Marseille (AMU), responsable du master de psychanalyse. Elle dirige l’axe de recherche sur l’adolescence dans le Laboratoire de psychopathologie clinique langage et subjectivité, dont elle est la directrice-adjointe et assure des consultations dans plusieurs lieux de vie et/ou de soins pour adolescents à Marseille.

Détails
Parution : 18 août 2016
EAN : 9782749251592
11x18, 280 pages
érès poche - psychanalyse
Thème : Psychanalyse

Imprimer cette page
Résumé

À travers une clinique adolescente, l’auteur se penche sur les dérives contemporaines dans une approche psychanalytique.

L’adolescence est un passage, un passage éthique, une éthique du renoncement, un renoncement à l’objet primordial. Hors-contenance, hors-réalité, hors-sujet, hors-limites, hors-d’eux, coupés de leur ressenti, des adolescents éprouvent un sentiment immense de vide intérieur. Passions vides, passions du vide trouvent leurs expressions dans la toxicomanie, les prises de risques, les scarifications, les passages à l’acte, les tentatives de suicides… À partir de son expérience avec des adolescents, l’auteur livre une réflexion théorico-clinique qui s’inscrit dans les débats actuels sur les « nouveaux symptômes » mêlant souffrance psychique et sociale. Elle interroge notamment la fonction maternelle à la dérive qui ne remplit plus son rôle de structuration psychique du bébé et de construction de l’altérité.

Revue de presse

2016, Site OEdipe, par Frédéric Rousseau


  Du même auteur

Actualité de la psychanalyse
© 2011 (1ère édition 2001)
11x18 128 p. 10.50 €

Nouvelle édition
Bachelier -Le-
© 2006
11x17 104 p. 12.50 €
© Éditions érès 2017 - Mentions légales

Réalisé par Glukose