L'euthanasie de la personne vulnérable

  "L'euthanasie de la personne vulnérable" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Menu : Sommaire   

Dans un contexte de médicalisation et de contrôle de la fin de vie, les évolutions législatives engagent à une réflexion nécessaire sur certaines pratiques d’euthanasie ou assimilées. Reconnaître à la personne le droit de refuser un traitement qu’elle estimerait incompatible avec ses valeurs et de décider des conditions de sa mort peut être considéré comme le strict respect de son autonomie.
Une telle position suscite néanmoins nombre de dilemmes éthiques, notamment lorsqu’il s’agit d’une personne en situation de vulnérabilité. Dans ce contexte, comment s’exerce l’arbitrage d’une décision qui peut aboutir à sa mort anticipée ? Lorsque certaines législations évoquent le « droit à la mort dans la dignité » pour des personnes atteintes de lourds handicaps, de la maladie d’Alzheimer ou de souffrances psychiques, ne renonçons-nous pas à des devoirs de sollicitude et de solidarité à leur égard ?
Cet ouvrage réunit les meilleures compétences afin d’aborder en profondeur cette délicate question de la demande d’euthanasie. Elle suscite dans bien des circonstances des réponses hâtives ou des procédures révélatrices d’une insuffisance de réflexions à la fois argumentées, prudentes et responsables.


A propos de l'auteur

Bernard N. Schumacher, philosophe, est maître d’enseignement et de recherche à l’université de Fribourg où il dirige le pôle de recherche et d’enseignement « Vieillissement, éthique et droits » à l’Institut interdisciplinaire d’éthique et des droits de l’homme.

Détails
Parution : 27 avril 2017
EAN : 9782749254746
11x18, 232 pages
érès poche - Société - Espace éthique
Thème : Société

Imprimer cette page
Résumé

Cet ouvrage a pour but de nourrir, en s’appuyant sur l’interdisciplinarité, la réflexion sur la question de l’euthanasie de la personne vulnérable mais aussi de celle qui n’est plus, ou pas, en mesure d’exprimer sa volonté de manière explicite.

La vie d’une personne devenue dramatiquement vulnérable – comme celle d’un malade atteint d’Alzheimer, d’un nouveau-né ou d’une personne gravement handicapée – vaut-elle encore la peine d’être vécue ? Si cette personne est capable de demander à être euthanasiée, peut-on, aux deux plans, éthique et sociétal, accéder à sa requête et la tuer ? Par ailleurs, comment se comporter avec celles qui ne sont pas, ou plus, capables de formuler une telle demande ? Philosophes, économiste, sociologue, médecins, infirmière, théologien, apportent leur contribution à cette réflexion sociétale.

© Éditions érès 2017 - Mentions légales

Réalisé par Glukose