Exil et violence politique, les paradoxes de l'oubli

  "Exil et violence politique, les paradoxes de l'oubli" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Menu : Sommaire   

« Je veux tout oublier », disent les personnes victimes de torture et de violence politique. Encombrées par une répétition traumatique, elles ne sont plus qu’un corps mémoire qui réduit les temporalités à un présent d’horreur, présent qu’elles ne peuvent plus vivre mais qu’elles ne peuvent pas non plus oublier. Paradoxalement, il faut se souvenir pour oublier autant qu’il faut oublier pour se souvenir autrement.

L’oubli fonde et en même temps entretient un rapport ambigu avec la mémoire. Il peut prendre différentes formes : refoulement, démenti, forclusion ou encore mécanismes de non-oubli comme dans la mémoire traumatique. S’il est nécessaire, l’oubli peut aussi être une amnésie pathologique, l’enfouissement de quelque chose d’insupportable. Comment l’oubli ou son impossibilité transparaît-il dans la clinique ? Quelles sont ses incidences sur la vie d’un sujet et sur celle d’un peuple ? De quelle manière d’autres champs du savoir et de la littérature traitent-ils de cette question de l’oubli ? Comment la trace écrite, celle d’un récit ou celle de l’Histoire, qui ne s’écrit pas sans perte ni oubli, est-elle appréhendée génération après génération ?


A propos des auteurs

Helena D'Elia est psychologue clinicienne psychanalyste au Centre Primo Levi à Paris.

Nathalie Dollez est psychologue clinicienne, psychanalyste au Centre Primo Levi (Paris).

Détails
Parution : 21 février 2019
EAN : 9782749262680
13.5x21.5, 176 pages
Centre Primo Levi
Thème : Santé mentale

Imprimer cette page
Résumé

« Je veux tout oublier » : c’est la demande que les patients du Centre Primo Levi, « victimes » de torture et de violence politique, adressent aux cliniciens. Encombrés par une répétition traumatique, ils ne sont plus que des corps mémoires qui réduisent les temporalités à un présent d’horreur, présent qu’ils ne peuvent plus vivre mais qu’ils ne peuvent pas non plus oublier.

Paradoxalement, il faut se souvenir pour oublier autant qu’il faut oublier pour se souvenir autrement. L’oubli fonde et en même temps entretient un rapport ambigu avec la mémoire. S’il est nécessaire, il peut être aussi une amnésie pathologique, l’enfouissement de quelque chose d’insupportable. Comment l’oubli ou son impossibilité transparaît-il dans la clinique ? Quelles sont ses incidences sur la vie d’un sujet et sur celle d’un peuple ? De quelle manière d’autres champs du savoir et de l’art traitent-ils de cette question de l’oubli ? Comment la trace écrite, celle d’un récit ou celle de l’Histoire, qui ne s’écrit pas sans perte ni oubli, est-elle appréhendée génération après génération ?

© Éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose