Guérit-on du cancer ?

  "Guérit-on du cancer ?" a été ajouté au panier !

Frais de port 2€ dès 28€ d'achat
Voir mon panier

Autour du même thème

Guérit-on du cancer ?


Numéro 5 - Revue annuelle

Avec la participation de Yolande ARNAULT, Jacques ASCHER, Régis AUBRY, Laurent BACHLER Patrick BEN SOUSSAN, Danièle BRUN, Adeline CABOT, Patrice CANNONE, Christian CHABANNON, Emilie DALLY, Lionel DELPECH, Fanny DEREDEC, Mireille DESTANDAU, Walter HESBEEN, Nizaar LALLMAHAMOOD, Pierre LE COZ, Marie LELIEVRE, Perrine MALZAC, Alfonso SANTARPIA, Karl-Léo SCHWERING, Étienne SEIGNEUR, Florence SORDES, Jean-Luc SUDRES Voir plus [+]

Qu’est-ce qui fait guérison pour un malade, un soignant, une institution de soins, une société ? Comment comprendre l’idée même de guérison ? De manière générale, on l’entend souvent comme un retour à la normale et à l’état de santé  du patient avant la maladie. Mais comment se remet-on du cancer après l’avoir traversé ? En sort-on, sinon indemne,  rétabli ? Comment l’ancien malade peut-il se sentir le nouveau guéri ? Et mettre à distance cette expérience du cancer, la transformer, l’intérioriser, l’assimiler au présent d’une vie qui continue malgré tout ? Quand donc le malade se considère-t-il guéri de son cancer ? Guérit-on un jour de sa rémission ? Et quel est donc l’avenir des « cancéreux » sans cancer ? Le « mal » subi peut-il être réparé ? Car bien sûr, des cicatrices, de cette expérience singulière, il y en a !  Dès lors, peut-on oublier qu’on a été malade du cancer ? 

Si l’irruption d’une maladie grave est comme une déchirure dans le tissu de la vie, un coup d’arrêt donné à l’activité ordinaire, aux projets que l’on porte, quels processus seront nécessaires pour trouver  le chemin vers  la guérison ? Certains se demandent à quoi sert d’être guéri, quand le corps est couturé, fragilisé, affaibli, quand émotions et pensées sont confuses et bouleversées ? Comment réapprendre à vivre ou à revivre ?

Voici quelques-unes des questions travaillées par les auteurs de ce numéro. Ils n’oublient pas aussi de s’interroger sur ce désir des soignants, qu’il soit ténu ou grandiose, de guérison à l’endroit des patients. De la furor sanandi  (rage de guérir) à l’anciennement nommé « acharnement thérapeutique », rebaptisé aujourd’hui « obstination déraisonnable », quel est le bon usage du désir de guérir ?

Dans la revue

Cancers & psys - la revue

Ajouter au panier


Revue Cancers & psys - la revue
S'abonner


Détails
Parution : 18 février 2021
EAN : 9782749268163
Cancers & psys - la revue
1/2020
Thème : Santé mentale

Imprimer cette page

Partager sur les réseaux

© éditions érès 2021 - Mentions légales - CGV - RGPD

Réalisé par Glukose