Psychanalyse et travail social, un certain cousinage

  "Psychanalyse et travail social, un certain cousinage" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

 

Préface de Joseph Rouzel

Les travailleurs sociaux sont largement mobilisés pour faire vivre des dispositifs complexes d’aides sociales devant lesquels ils sont souvent désemparés, sans pouvoir se représenter la place qu’ils y occupent. Souvent aveuglés par les images que la société leur renvoie d’eux-mêmes, ils mesurent mal leur efficacité.

Leur désarroi n’est pas accidentel et ne révèle aucune défaillance chronique dans le savoir-faire. Ils savent – mais souvent à leur insu – qu’ils sont porteurs d’une angoisse historique que la Cité ne peut prendre en compte. Alors qu’ils sont au cœur du monde, et avant même d’y proposer des solutions, ils pressentent un exil. Cette extra-territorialité, les travailleurs sociaux la partagent avec les psychanalystes.

Cet ouvrage tente de laisser émerger le cousinage qu’entretient le travailleur social avec le psychanalyste. Tenir bon sur l’idée lacanienne que l’inconscient c’est la politique suppose de prendre à bras le corps l’incommensurable embarras des travailleurs sociaux aux prises avec la brutalité des souffrances du monde.

Mise en vente le 8 janvier 2015.


A propos de l'auteur

Philosophe de formation, Louis-Georges Papon (1947-2014) était psychanalyste à Lille. Il a longtemps été formateur dans différents centres de formation d’éducateurs spécialisés et superviseur auprès d’équipes du secteur médico-social.

Détails
Parution : 8 janvier 2015
EAN : 9782749246239
11x18, 128 pages
érès poche - travail social & handicap - psychanalyse et travail social
Thème : Travail social & Handicap

Imprimer cette page
Résumé

Psychanalystes et travailleurs sociaux peuvent-ils s’associer dans une recherche qui enseignerait les uns et les autres ? Ont-ils seulement un champ commun où viendrait se coaguler l’objet d’un savoir inédit ?

Il existe bien un cousinage intelligible entre le psychanalyste et le travailleur social, une communauté de destins qui autorise des liens imprévus entre la pratique du divan et celle du terrain. Ces liens, il est possible de les tisser à condition cependant de déchirer les clichés, de ne pas s’imaginer que la clinique psychanalytique vise des profondeurs que d’autres pratiques ne pourraient atteindre, ou que le désir de l’analyste est par essence plus authentique.

Revue de presse

2015, Site NonFiction.fr, par Elen Le Mée


© Éditions érès 2019 - Mentions légales

Réalisé par Glukose