La folie douce

  "La folie douce" a été ajouté au panier !

Voir mon panier

La folie douce, qui s’oppose à la folie furieuse, c’est un moment d’égarement, de déraison, d’extravagance, de délire. Ça ne prête guère à conséquence, mais ça dérange les bonnes mœurs. Alors que la violence et le passage à l’acte sur autrui ou soi-même relèvent de l’inacceptable, il convient de penser l’accueil social de la folie comme un espace de création et d’invention.  

Comment accompagner, soutenir, valoriser les psychotiques afin que leurs productions, quelles qu’elles soient, trouvent leur place dans l’espace de la culture, au sens où Freud la déploie, selon des voies socialement acceptables ? Qu’elles soient considérées comme faisant signe d’un sujet et non d’un dysfonctionnement ?

À partir de récits de vies singulières, telles Jeannot et son plancher, Glenn Gould et la musique, Marcel Bascoulard, le clochard céleste…, ou parfois tirés de son expérience clinique quand les patients tentent, à leur façon et avec les moyens du bord, de vivre parmi les autres en élaborant leurs propres solutions,  Joseph Rouzel poursuit une nécessaire élaboration théorique des liens entre psychose et création.


A propos de l'auteur

Après avoir exercé de nombreuses années comme éducateur spécialisé auprès de divers publics (psychotiques, toxicomanes, cas sociaux…) et formateur de travailleurs sociaux (Toulouse, Montpellier), Joseph Rouzel est aujourd'hui psychanalyste en cabinet, formateur en libéral et cofondateur de l’association l’@psychanalyse.

Il a également fondé la collection L'éducation spécialisée au quotidien, dirigée par Daniel Terral et Philippe Gaberan, et est directeur de la collection érès poche - travail social & handicap - psychanalyse et travail social

Détails
Parution : 8 février 2018
EAN : 9782749257365
11x18, 200 pages
érès poche - travail social & handicap
Thème : Travail social & Handicap

Imprimer cette page
Résumé

Sans doute la folie douce s’oppose-t-elle à la folie furieuse, qui se manifeste dans des passages à l’acte souvent violents. Joseph Rouzel poursuit sa réflexion sur les liens entre psychose et création.

Dans la foulée de son ouvrage La folie créatrice, l’auteur soutient une alternative au traitement des psychotiques. Très souvent, dans ses créations et productions, un psychotique met en œuvre une forme d’auto-traitement qui lui procure un certain apaisement et appelle à une reconnaissance du corps social. Encore faut-il, et d’une : qu’on lui foute la paix ; et de deux : que ses productions, créations, inventions, trouvailles soient accueillies comme faisant signes d’un sujet et non d’un dysfonctionnement. À partir de récits de vies singulières (Jeannot et son plancher ; Glenn Gould et la musique ; Marcel Bascoulard, clochard céleste…), parfois tirés de l’expérience clinique (la sienne ou d’autres), l’auteur poursuit une nécessaire élaboration théorique dans le fil des histoires ici contées.  

Revue de presse

2018, Site OEdipe.org, par Thierry de Rochegonde


  Du même auteur

érès poche - travail social & handicap - psychanalyse et travail social
© 2018
11x18 160 p. 12 €
érès poche - travail social & handicap - psychanalyse et travail social
© 2017
11x18 192 p. 13 €
érès poche - travail social & handicap - psychanalyse et travail social
© 2016
11x18 152 p. 12 €
L'éducation spécialisée au quotidien
© 2014 (1ère édition 1995)
11x18 256 p. 12.50 €

Nouvelle édition
© Éditions érès 2018 - Mentions légales

Réalisé par Glukose