Devenirs de la psychanalyse

  "Devenirs de la psychanalyse" a été ajouté au panier !

Voir mon panier
Ajouter au panier


Revue Nouvelle revue de psychosociologie
S'abonner

Menu : Sommaire   

Depuis Freud, la psychanalyse s’est développée, ainsi que le soulignait Jean Laplanche en 1987 dans ses Nouveaux fondements pour la psychanalyse, « non pas seulement comme pensée et comme doctrine, mais comme mode d’être. La psychanalyse est un immense mouvement culturel, et en ce sens c’est l’ensemble de la psychanalyse qui se porte hors les murs ». Près de trente ans plus tard, qu’en est-il du devenir du mouvement psychanalytique, à la fois comme théorie et praxis, mais également comme éthique et fait culturel ? Comment la psychanalyse est-elle actuellement reçue dans une société de plus en plus soumise à la rationalité instrumentale, à l’urgence et à la quantophrénie ? Que propose-t-elle de spécifique ou de distinctif, voire d’unique ou d’irremplaçable ? Que disent et font ceux qui s’en réclament face aux formes contemporaines du « malaise dans la culture » et aux évolutions sociétales (crise, famille, religions, etc.) ? Comment la psychanalyse se saisit-elle des interpellations, critiques, contestations ou remises en cause dont elle peut faire l’objet, en particulier depuis quelques années ? Mais aussi et plus généralement, comment la psychanalyse se réinvente‐t-elle : cliniquement, conceptuellement, voire socialement ou politiquement ? C’est à ces questions que les auteurs de ce numéro, praticiens et théoriciens, psychanalystes ou non, se sont confrontés pour éclairer la place et le rôle de la psychanalyse dans la société contemporaine, en France et dans le monde occidental.

A propos des auteurs

Bénédicte Vidaillet est psychanalyste et professeure agrégée des universités à l’université Paris Est Créteil, membre du Laboratoire IRG. Ses travaux portent sur la subjectivité au travail, sur l’application de la théorie psychanalytique, notamment lacanienne, à l’étude des organisations, et sur les effets potentiellement aliénants ou émancipateurs des contextes de travail et des dispositifs organisationnels.

Gilles Arnaud est psychosociologue et professeur de psychologie des organisations à l’ESCP Europe, membre du Laboratoire d’excellence européen d’histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances (École pratique des hautes études) et chercheur associé au laboratoire de Changement social et politique (Université Paris 7 Denis Diderot). Ses principaux travaux visent à appliquer la théorie psychanalytique à l’étude des organisations, du travail et de la vie professionnelle.

Détails
Parution : 19 novembre 2015
EAN : 9782749248141
Nouvelle revue de psychosociologie
2/2015
Thème : Société

Imprimer cette page
© Éditions érès 2017 - Mentions légales

Réalisé par Glukose